Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 22:12

LOGO

 

hommagebienvenue 

 

Ghazaouet : son histoire remonterait aux Romains qui auraient été frappés par la beauté des deux grands rochers émergeant du sein des flots bleus et l'auraient baptisée "Ad Fratres" ( Les Deux Frères ). La Vallée de l'oued Ghazouanah a été mentionné au 11eme siècle par Abou Obeïd El Bekri. l'Andalous Arabe.

 

Connue aussi sous les noms de Ghazouanah, Djemââ El Ghazaouet, Taouent, Twent, Nemours, elle s'appellera plus tard Ghazaouet à l'indépendance. C'est en 1846, par ordonnance royale de Louis-Philipe, Roi des Français, que la ville de Djemaâ-El-Ghazaouet portera le nom du Duc de Nemours, second fils du roi.

 

Ce fut donc à Nemours que l'Emir Abdel Kader fit sa reddition au Duc d'Aumale et qu'il y passa sa dernière nuit dans la maison du commandant, "Dar El Assakri" ainsi que l'on nommait la demeure du lieutenant-colonel de Montagnac.

 

Vers la fin de la seconde guerre mondiale Cheikh Bachir El Ibrahimi avait lui aussi visité Ghazaouet où il avait rencontré les militants du mouvement nationaliste de cette époque. Sa rencontre a donné naissance aux scouts musulmans algériens vers les années 40. Cette Organisation se composait de Hamdoune Mohamed, Ahmed Messaoud, Bennai Bachir, Baouch Mohamed, Talbi Mohamed etc...

 

Ghazaouet a aussi donné bon nombre de ses braves et courageux fils à la révolution armée de Novembre 54, comme Sayeh Missoum dit Hanssali, Mosteghanemi Ahmed dit Si Rachid, Baouch Mohamed dit Si Tahar, Bekkaye Abdallah dit Si Ben Ahmed, Chibane Amar dit Boum, Bourak Mohamed, Aggab Benamar, Arbane Kaddour, Sayah Bouchakkour, Sayah Slimane, Aggab Bachir, Taleb Abdelwahab et tant d'autres dont vous trouverez leur histoire dans ce blog avec leurs photos, pendant l'époque coloniale. 

 

Vous trouverez aussi d'autres informations sur toutes les batailles de la région de Ghazaouet, les manifestations, les organisations M.T.L.D, P.P.A, S.M.A, F.L.N-ALN avant et pendant la révolution ainsi que celles sur les prisons de la région (arrestations arbitraires, exactions, tortures, humiliation, etc.) et enfin sur les nombreux Chouhada qui sont tombés aux champs d'honneur pour l'Algérie, la Liberté et l'Independance.

  

Pour ceux qui préfère lire en Arabe cliquez sur ce lien   www.novembre1954.over-blog.com

Contactez nous sur   rijalzone2@yahoo.fr

Toute reproduction même partielle du site est vivement conseillée à certaines conditions :
- Ne pas en tirer un profit commercial
- Ne pas modifier le contenu
- Citer la source (www.rijalzone2.over-blog.com)
 

logo.jpg

 

 

 


Repost 0
Published by BAOUCH Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 22:00

nemours-1939.jpgC'est à partir de 1933 que les jeunes algériens de Ghazaouet ex Nemours avaient pris parti pour le cheikh Abdelhamid Ben Badis, qui prêchait à ce moment l'anti-maraboutisme. Bien entendu la France donnait à cette époque son plein appui au maraboutisme.

 

Plus tard un jeune homme nommé KAROUR Mustapha, dont le père était Badisi, prêcha pour la première fois le nationalisme à Nemours, qui devient le P.P.A clandestin. Pour la police française le P.P.A était le véritable ennemi, dont faisait parti le groupe KAROUR Mustapha, HAMDOUN Mohamed, BENNAI Bachir et TALEB Abdelwahab. Ces derniers étaient soupçonnés d'être des partisans, et leur activité se limitait à des rencontres occasionnelles.

 

En 1939 vint la grande guerre. La clandestinité devenait une réalité. Pour les contisations le groupe de KAROUR Mustapha devait contacter tous les jeunes considérés comme leurs amis, et une première liste fût établie à cette même année. La cotisation était de 2 à 5 francs par mois, mais ils n'étaient pas très nombreux car les quelques jeunes ne travaillaient pas et étaient condamné à la misère, tout comme KAROUR Mustapha. Il était très difficile de convaincre un jeune d'adhérer au militantisme, KAROUR et HAMDOUN devaient rendre beaucoup de service aux gens, par exemple leur payer un café ou les inviter à déjeuner, la misère aidant bien entendu, personne ne refusait l'invitation. KAROUR annonça un jour à son ami HAMDOUN Mohamed, très discrètement, qu'un délégué du parti arriverait par car prochainement à Nemours, pour son premier contact.

 

Arriva l'heure où KAROUR et HAMDOUN rencontrèrent cette personne. C'était l'été aussi s'en allèrent-ils du côté de la jetée pour discuter afin que personne ne puisse les entendre. Ils discutèrent à trois un bon moment. "Il ne nous apprit pas grand-chose" se disait HAMDOUN. Le soir, ce visiteur clandestin devait diner chez HAMDOUN avec KAROUR et reprendre le car le lendemain matin à 6 heures. La police commençait à soupçonner l'arrivée d'un étranger, et un policier devait passer toute la nuit en va-et-vient pour les surveiller, mais il n'était pas très certain de ce qui se passait.

 

Un fait nouveau venait de se produire et des arrestations eurent lieu à Tlemcen, et la police découvrit des listes de souscription de militants. KAROUR étudiant à la médersa de Tlemcen fût dénoncé par ses copains et fût convoqué en même temps que BENNAI Bachir, mais tous les deux gardèrent le secret cette fois-ci.

 

Pour aider le parti, ils achetaient des paquets de cigarettes "BRAZILENAS" qui contenaient 27 cigarettes, et ils confectionnaient des paquets de 20 cigarettes seulement pour obtenir un bénéfice. En ce temps-là KAROUR était employé chez un interprète juif et tout se passait donc dans ce bureau au dessus du commissariat de police qui ignorait tout.

 

KAROUR menait une activité très intense à l'extérieur, et il  se déplaçait jusqu'à Alger. Un jour il fut convoqué à la sûreté de Tlemcen, et on lui déclara "Vous êtes allé à Alger pour appeler les musulmans à l'union", bien entendu KAROUR nia tout mais il savait d'ores et dèjà qu'il était surveillé de très prés par la police.

 

Plus tard la police à Tlemcen convoqua KAROUR, pour lui faire part d'une lettre anonyme dénonçant ses activités à Nemours. Trop tard, KAROUR a été dénoncé par des jeunes tlemcéniens et tous furent arrêtés et jetés dans la prison militaire pour atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat. C'etait fini pour les jeunes militants de Nemours, et ils perdirent tout contact avec la clandestinité et ils ne pouvaient plus avoir confiance en personne.

KAROUR a reconu devant le 2éme bureau militaire son appartenance au P.P.A pour endosser toute la responsabilité de ses copains militants de Nemours.

 

Le 7 juin 1944 à Nemours le père de KAROUR reçut un télégramme lui annonçant le décès de son fils Mustapha trouvé mort dans sa cellule dans la prison militaire de Tlemcen.

 

Karour-Mostefa.jpgPhoto prise en 1941 de gauche a droite : troisième personne debout Karour Mustapha cinquième personne Hamdoun Mohamed et Si Moh Cheikh.

Repost 0
Published by BAOUCH Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 21:57

boussouf.jpgboussouf copier

 

 

Abdelhafid Boussouf naquit en 1926 à Mila petite ville dans le nord-est de l'Algérie. Adhérant au parti P.P.A, il fut l'un des membres les plus éminents de l'organisation spéciale l'OS, cette organisation qui était le bras armé clandestin du M.T.L.D. En 1950 il entra dans la clandestinité et devint responsable de la circonscription de Tlemcen au sein du M.T.L.D. 

 

Un rassemblement des Djounouds de l'A.L.N. Djaich el Tahrir el Watani dans la région de Ghazaouet ex Nemours, zone 2 wilaya 5 (englobant la région de Tlemcen, Maghnia, Ghazaouet, Souahlia et Djebala), eut lieu en présence du responsable politico-militaire Abdelhafid Boussouf. Lors du déclenchement de la révolution Novembre 1954, il fut nommé adjoint de Larbi Ben M'hidi dans la wilaya 5.

 

Septembre 1957 : Abdelhafid Boussouf devint membre du comité de coordination exécutif , et fut nommé en septembre 1958 ministre des liaisons générales et des communications dans le gouvernement provisoire de la république Algérienne. Il mourut le 31 Decembre 1979. 

Repost 0
Published by tahar
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 21:54

baouch-tahar.jpg1006196242_small-copier.jpg

Baouch Mohamed naquit à Sidi Amar Ghazaouet ex-Nemours le 17 Mars 1926. Il adhéra de 1943 a 1945 au parti du P.P.A à Ghazaouet ex Nemours département de Tlemcen.
 

 

En 1945 il adhéra aux scouts musulmans algériens .En 1946 Si-Tahar Baouch devint chef de cellule du parti PPA, comprenant trois personnes. De 1947 à 1952 il fut membre de la kasma M.T.L.D de Ghazaouet ex-Nemours  et responsable de l'organisation politique, et conférencier à la daïra. Il reçut plusieurs fois Ahmed Ben bella pour organiser des compagnes électorales du M.T.LD. Il eut plusieurs contacts avec Hamou Boutlelis responsable des scouts de la région Oranie. Il fut arrêté en 1952 suite a une manifestation organisé contre les policiers du colonialisme, et condamné à un an d'emprisonnement et 50000 Fr. d'amende. Il fut mis en prison à Tlemcen, à Serkadji Barberousse Alger, et à Orleansville, et libéré en 1953. Il reprit ses activités comme responsable de l'organisation politique de la kasma MTLD de Ghazaouet ex-Nemours. De 1953 à 1954 ce fut la préparation pour le déclenchement du premier Novembre 1954. En 1954 Si Tahar rejoignit le maquis le 1er novembre 1954, mais fut arrêté le 8 Novembre 1954. Après avoir connu la torture, il fut ensuite libéré et reprit son activité pour consolider l'organisation FLN-ALN sous la responsabilité de Larbi Ben M'hidi , Boussouf Abdelhafid et Fartass.

 
Il fut désigné comme responsable politico-militaire du secteur 1 et 2 Zone 2 Wilaya 5. Arrêté le 4 Octobre 1955 incarcéré dans la prison de Tlemcen, où il subit la torture. Le 12 Décembre 1956 il fut transféré au camp de la légion étrangère a Dar Azraa El Mafrouch à Tlemcen  du 12 décembre 1956 au 31 décembre1957. En Janvier 1958 Si Tahar rejoignit le maquis de la Zone 2 Wilaya 5 par ordre de l'état major de l'ouest de la base arrière et par le responsable de la Zone 2 Wilaya 5 Boujnene Ahmed dit Colonel Abbas.

 

Il rejoignit la base arrière le mois de Mai 1958 par la voix de l'A.L.N où il collaborait notamment avec Houari Boumediene, Abdel Aziz Bouteflika et Youcef Benkheda. En juin 1958, il fut désigné comme contrôleur-général des frontières (Maroc Oriental) en 1959 il était le responsable de la zone 8 frontière et membre du comité d'enquête et de contrôle de l'A.L.N. De 1960 à 1961, il fut désigné super zonal du Maroc Oriental zone 5-7 et 8, et responsable de rapatriement des réfugiés vers l'Algerie.

 

Le moudjahed Si Tahar BAOUCH était un homme sage, intelligent, sérieux, profondément engagé pour la cause nationale, bien organisé et surtout d'une extrême modestie

 

Repost 0
Published by B.Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 21:51

1006428828_small-copier.jpg

Mohamed Baouch dit Si Tahar responsable de la Zone 8 frontière et membre du comité d'enquête et de contrôle de l'A.L.N, en compagnie de Ahmed Mosteghanemi dit Commandant Rachid membre du comité de la wilaya 5 et responsable des commandements C.D.F commandements des Frontières. En 1959 le Commandement militaire mit en place un appareil politico-militaire, il était formé d'anciens militants expérimentés. Cet appareil jouait un rôle important dans la sensibilisation tant sur le plan politique que militaire à travers les meetings, les réunions et les conférences; de même il publiait des tracts des revues et des journaux révolutionnaires.

 

rachidtahar

Rencontre Mosteghanemi Ahmed dit Commandant Si Rachid et Baouch Mohamed dit Si Tahar. Quarante ans après l'indépendance.

 

logo

Repost 0
Published by BAOUCH Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 21:46

boum2

boum.jpg

Visite du colonel Houari Boumediene au Commandement de la base Ben M’hidi, base arrière de la frontière Algero-Marocaine année 1958. Sur la photo de gauche à droite : le colonel Houari Boumediene accompagné du chef du commandement de la base Ben Mhidi, Bouanani. El Mahjoub Si Omar, Si Addou, et Baouch Mohamed Si Tahar.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

          Liste complète des chouhada de      ghazaouet page 9-10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by B.Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 13:21
div>
Repost 0
Published by tahar
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 12:38

1014987018_small-copier.jpg

Photo prise au centre d'instruction de l'A.L.N à Kebdani commune de berkane. Ce Centre fut récupéré par le commandement de l’A.L.N, après avoir été évacué par les Espagnols. Merkez Kebdani était l’un des principaux Marakiz de l’A.L.N  dans la zone frontalière du Maroc. Il était même considéré comme une école d’armes militaires modernes et politique. sur la photo de droite à gauche : Baouch mohamed dit si Tahar, Abdelouahab, Abdelaziz Bouteflika, Commandant Ferradj, Bekkaye Abdallah dit si Benahmed, Mosteghanemi Ahmed dit commandant Rachid, Abdelkader Aiadi, groupe de militaire et Si Benyekhlef.

 

Repost 0
Published by B.Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 12:36

benahmed-copier.jpg

1016471672 small copier

Bekkaye Abdallah plus connu sous le nom de Si Ben Ahmed. Il est né en 1923 a Sefra (Souahlia) Ghazaouet ex-Nemours.
Dés son jeune âge alors qu'il était encore taleb au djamâa d'essefra, Bekkaye abdallah rejoignit les rangs du mouvement national. Il a adhéra au sein du M.T.L.D partie de Messali el Hadj en 1947, Il devint ensuite responsable de la section Organisation M.T.L.D dépendante de la Kasma de Ghazaouet ex-Nemours. Pour se mettre au service de tous les combats pour l'independance de l'Algérie. Si Ben Ahmed fit partie des premiers préparateurs du déclenchement de la révolution du 1er Novembre 1954 à Ghazaouet Wilaya 5 avec ses compagnons de révolution, Boussouf Abdelhafid, Larbi Benm'hidi, Sayeh Missoum, Taleb Abdelouahab, Si Tahar Baouch et le Commandant Rachid. Il participa à plusieurs accrochages dans la région de Ghazaouet et de Nedroma entre 1955 et 1957 : bataille de Mâaziz en 1956 et celles de Kâabouz, et de Assfour. Le moudjahed Si Ben Ahmed officier de l'ALN a réussi échapper à plusieurs embuscades tendue par l'ennemi français.  Il rejoignit la base arrière à la frontière Algero-Marocaine ou il assumait la responsabilité de chef de région militaire nord sous le commandement du C.D.F dirigé par le commandant si Rachid Mosteghanemi Ahmed à la zone opérationnelle de la région du nord. Il fut nommé responsable sur l'acheminement des armes et munutions envers l'Algérie. C'est à cette époque que Si Ben Ahmed fera connaissance avec les grands responsables de le révolution comme : Boukharouba Mohamed dit Houari Boumedienne, Abdelaziz Bouteflika dit si Abdelkader, Kaid Ahmed dit si Slimane et d'autres responsables. Si Ben Ahmed et l'un des rares hommes que l'histoire révolutionnaire ait pu enfanter et sans doute l'un des plus grands chefs militaires de la wilaya 5.

 

Repost 0
Published by BAOUCH Mourad
commenter cet article
27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 12:29

 

1016622940_small-copier.jpg                                                                                                                                               

Benyoucef Benkheda en visite, a la base arrière pour des réunions de contact avec les responsables de la zone. Sur la photo de droite à gauche : Baouch Mohamed dit Si Tahar - Chercheli - Benyoucef Benkheda président du gouvernement provisoire algérien - au deuxième rang le colonel Othman - Benkedadra Abdelmajid.

Repost 0
Published by BAOUCH Mourad
commenter cet article